Éducation : ce que vous nous avez dit

Faites passer le message !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vous étiez plus de 45 personnes pour le second débat « des idées pour nous rassembler, mercredi 23 octobre. Voici la présentation qui a servi de support au débat :

Si des éléments positifs existent dans l’action municipale en matière d’éducation, d’autres réalités sont alarmantes et certaines problématiques sont peu ou pas appréhendées. Il est temps de remettre dans le débat public des éléments qui devraient nous impliquer tous davantage.

  • Saint-Nazaire fait face à un échec scolaire alarmant qui renforce les inégalités sociales de notre territoire. Le taux d’accès au bac d’une génération est inférieur de 30 points pour les jeunes de la Carène par rapport à ceux du reste du pays. Il faut lancer une mobilisation générale qui implique tous les acteurs, face à une situation qui n’est pas acceptable et en développant notamment les dispositifs de soutien et de lutte contre l’échec. Nous devons nous battre auprès de l’Etat pour que nos établissements de service public disposent des moyens nécessaires et cessent d’être les oubliés de notre région.

  • La petite enfance a été trop longtemps oubliée : notre ville fait face a un retard très important qui nécessite un rattrapage massif et rapide, tant les premières années sont décisives, notamment dans l’acquisition du langage. À Saint-Nazaire, il n’y a qu’une place en garde collective pour 8,6 enfants, ce qui est deux fois moins qu’à Nantes ou La Rochelle. Il s’agit de créer 200 places de garde, dont une part significative dans des modes de garde collectifs (crèches, MAM, garderies) mieux adaptés aux réalités des vies professionnelles des Nazairien·ne·s.

  • L’école se doit d’être plus accueillante et plus ouverte. Elle doit pleinement lutter contre les violences et les harcèlements. Elle est un lieu d’implication essentiel face au changement climatique, ce qui doit se traduire dans les cantines par des produits bio et locaux et des menus végétariens réguliers. Cela nécessite d’amplifier le travail de formation, d’équipement, de rénovation et de renouvellement du patrimoine. Cela implique de mieux associer les associations, les parents d’élèves et tous les acteurs qui peuvent participer au travail éducatif. Les mesures de justice sociale telle que la gratuité des TPE doivent être garanties.

Voici les principales priorités qui se sont dégagées lors des 5 ateliers. 

Atelier 1 : la petite enfance

Développer les capacités

– Augmentation du nombre de places en crèche collective et MAM : ambition 200 places supplémentaires à horizon 2026

– Impliquer les entreprises dans l’accroissement de l’offre : un enjeu de responsabilité social mais aussi d’attractivité pour le recrutement.

– Construire un maillage plus cohérent des crèches en phase avec les lieux de travail et de vie des Nazairien•ne·s : une sur Méan-Penhoët et une sur la zone de Brais

Faire face aux besoins spécifiques

– Les heures et jours de travail des Nazairien·ne·s nécessitent de disposer d’une offre à amplitude horaire plus importante : une solution pourrait être de disposer d’une MAM consacrée aux horaires très atypiques.

– La réalité de la vie des familles monoparentales, très souvent des mères seules à faibles revenus, nécessite des solutions de gardes plus modulaires.

– Un dispositif « enfant malade » est à prévoir 

– D’une façon générale, la souplesse de fonctionnement et l’écoute doivent être renforcées, l’accueil des familles doit être amélioré et les procédures rendues plus simples et plus transparentes.

Atelier 2 : des écoles de qualité, dans les temps scolaires et péri-scolaires

  • Des locaux plus adaptés.
    Actuellement des écoles sont trop petites ou sous-dimensionnées (Chateaubriand), certaines salles sont inadaptées (locaux de sieste en maternelles) ou mal équipées. Les prochaines et indispensables constructions et réhabilitation devront intégrer des représentants des parents d’élèves et des enseignants dans les jurys pour que les projets soient en phase avec les besoins réels.

  • Des écoles plus écologiques amélioration de l’efficacité écologique des bâtiments

  • Une attention plus grande aux repas des enfants : développement d’une offre de cantine avec une part de bio et de production locale largement renforcée. Menus végétariens disponibles chaque jour. Lutte contre les perturbateurs endocriniens. Garantir un temps suffisant pour les repas des enfants sans stress, ce qui n’est actuellement pas toujours le cas.

  • Mieux accompagner les enseignant·e·s dans leurs initiatives : pourquoi ne pas créer une dotation par école pour financer ces actions ?

  • Des TPE de qualité et accessibles
    – Garantir la gratuité des TPE et améliorer la qualité de ces temps : offrir un encadrement limité à 12 enfants par animateur.
    – Résoudre les difficultés de recrutement en payant le BAFA aux jeunes qui s’engagent durablement dans les TPE
    – Créer un lieu dédié aux TPE

  • Faciliter et simplifier l’accès aux centres de loisirs
    Simplifier les procédures d’inscription et garantir un nombre de place suffisant.

  • Développer des sorties culturelles ou sportives sur le territoire, en allant au-delà des projets « fléchés » par la collectivité.

Atelier 3 – Lutte contre les violences et le harcèlement

Construire des dispositifs permettant de détecter davantage les situation et d’y répondre systématiquement.

Les encadrants
Formation de sensibilisation à réaliser et à mettre en place à destination de tous les agents municipaux (ATSEM, restauration scolaire, animateurs TPE…) pour repérer et renforcer la vigilance pour une meilleure détection des problèmes

Avoir une personne référente par établissement comme personne de terrain qui puisse être au plus près des enfants et avoir un discours et des actions de lutte contre les violences mais aussi contre le sexisme, pour le respect du handicap, contre l’homophobie…

Les parents
La communication comme premier moyen de sensibilisation

Rédaction d’une lettre d’information à l’attention de tous les parents pour les appeler à la vigilance et aux actions menées au sein de l’établissement le cas échéant.

Organisation d’une semaine scolaire sur ce thème avec des zooms sur les différents types de harcèlement

Faire du lien avec les associations et les programmes de lutte (éducation nationale)

Les enfants
Proposer et mettre en place des ateliers destinés à valoriser l’estime de soi, la prise de confiance en soi, par exemple par le sport ou par le théâtre, pour favoriser l’apprentissage des règles et des limites, et leur capacité à se mettre dans d’autres situation et points de vue.

Les impliquer dans des actions pédagogiques de sensibilisation (expo, vidéo, mise en scène…

Trouver les moyens de pouvoir capter la parole des jeunes et mettre en avant les bons outils de communication, en s’appuyant sur les réseaux sociaux.

Atelier 4 : la réussite scolaire

Il faut défendre une école publique de qualité pour tous, face aux inégalités sociales et avoir une réponse à la hauteur des difficultés scolaires rencontrées sur notre territoire.

La première exigence, concernant les temps scolaires comme le développement des temps d’accompagnement (soutien) est de garantir la qualité des dispositifs. Pas d’éducation et d’accompagnement au rabais ! Des moyens humains, matériels et financiers sont nécessaires avec des encadrants compétents.

Construire la mobilisation de tous les acteurs.

  • Renforcer les partenariats socio-éducatifs : Education nationale, ville, tissu associatif…
  • Renforcer et soutenir par tous les moyens le lien Parents – enfants -structures éducatives
  • Développer la transmission intergénérationnelle (ex outil en main)

Assurer une continuité des actions

  • Eviter les ruptures de parcours
  • Permettre l’éducation tout au long de la vie sur le territoire

Une école plus inclusive

  • Apprendre à apprendre : tout mettre en oeuvre pour donner envie
  • Favoriser l’apprentissage du français pour les nouveaux arrivants
  • Pour une véritable école inclusive travaillant en lien avec les parents

Atelier 5 – l’Enseignement Supérieur

L’offre de formation

  • créer d’autres filières (humanistes, citoyennes, écologiques, énergies nouvelles), développer l’offre numérique, ouvrir de nouvelles classes préparatoires – littéraires et commerciales
  • développer la formation continue sur le territoire
  • se joindre en tant que ville au nouveau projet de l’Université de Nantes (création de 4 pôles)

L’orientation et l’insertion

  • organiser des forums entreprise pour les lycéens 
  • encourager des conférences sur les métiers et des présentation des métiers (dès le collège)
  • trouver des solutions en cas d’échec au bac (formations supérieures sans bac)
  • Développer les stages et l’alternance et lutter contre les discrimination d’accès aux entreprises

L’égalité sociale

  • Faciliter la mobilité étudiante en allant vers la gratuité de déplacement dans Saint-Nazaire ou vers Nantes
  • Construire une tarification plus accessible au sport, à la culture et à la vie étudiante
  • Vers des bourses de mobilité ?

La vie étudiante

  • Développer les activités culturelles dédiées et abordables
  • Création d’un festival étudiant annuel, pendant l’année universitaire, en collaboration avec Les Escales et le VIP
  • Ouverture le week-end des bars/cafés/petits restaurants en centre ville 

Qu’en pensez-vous ? Nous lisons avec attention tous les commentaires et les contributions, n’hésitez pas à réagir !


Faites passer le message !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laissez votre réponse