Débattons pour construire l’avenir de Saint-Nazaire

Faites passer le message !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Nazaire est une ville de solidarités dont l’histoire et les valeurs sont profondément liées. Depuis un siècle, elles se sont écrites avec la gauche, dans sa diversité autour d’une idée simple : vivre ensemble, vivre mieux.  Mon grand-père, Etienne Caux, ancien maire de Saint-Nazaire, me disait souvent à quel point l’unité de la gauche était essentielle. Elle a fait renaître cette ville après la guerre avec  de grandes ambitions : services publics forts, coopératives, HLM en bord de mer, Maison du Peuple, éducation populaire… Je pense aussi aux projets qui ont changé le visage de notre ville ces dernières années. 

C’est donc une profonde tristesse de constater que le maire sortant a exclu les membres du collectif #ilsnenousferrontpastaire et les formations de gauche et de l’écologie (PCF, EELV) de sa future liste.  Il a choisi de se placer en dehors du PS, qui a gelé son investiture en rappelant que la parole des femmes, des lanceurs d’alerte et des victimes potentielles doit être protégée. Le maire sortant n’incarne plus la gauche et a choisi d’être un obstacle à son rassemblement. Il n’y a évidemment aucun “complot”. En revanche, sa gestion de cette affaire de violences sexuelles a révélé des dérives autoritaires et personnelles préoccupantes. 

C’est ce qui m’a poussé à démissionner du mandat d’adjointe que j’exerçais avec passion depuis cinq ans au service d’un projet. Il n’est plus possible de taire les désaccords, quand ceux-ci ne reposent plus sur des nuances, mais sur des différences de valeurs.  À la veille des municipales, nous sommes nombreux à ne pas nous résoudre à un choix entre droite (LR, LREM, Modem), extrême-droite et un maire à la dérive. 

L’espoir est possible et les enjeux sont immenses. Dans notre ville, je vois chaque jour les citoyens qui font vivre des associations, qui prennent des initiatives pour la solidarité et pour l’environnement. C’est ce qui m’a conduit à demander au maire de prendre un arrêté anti-pesticides pour protéger biodiversité et santé. Son refus témoigne d’un profond décalage avec les attentes des Nazairiens.

Face au changement climatique et aux urgences sociales, il faut une action plus déterminée. Beaucoup espèrent le rassemblement de toutes les femmes et de tous les hommes attachés à cette vision. Plusieurs appels et initiatives l’ont montré ces dernières semaines. Avec beaucoup d’autres socialistes, j’y souscris : nous allons signer ces appels, et participer à ces initiatives. Je souhaite que ces démarches puissent converger pour construire une liste citoyenne ouverte, sans exclusive ou préalable de personnes ni de partis, au sein de la gauche et de l’écologie. 

Ce rassemblement doit se construire sur des idées neuves. Il nous faut aller vers un modèle de société attentif au vivant et à la justice sociale. Pour construire la ville de demain, construisons une manière différente, humble, collective, de faire vivre la politique et la démocratie dans notre ville. 
Nous devons le faire ensemble : tous les citoyens doivent pouvoir participer ! C’est pourquoi nous proposons de débattre autour de quatre premiers objectifs :

Vers la gratuité des transports

Saint-Nazaire et son agglomération ont encore besoin de développer des infrastructures de transport, notamment avec une ligne Hélyce 2 pour mieux desservir certains quartiers (Petit Caporal, Berthauderie, Kerlédé…), des parcs relais plus importants et mieux situées. Une fois ces investissements réalisés, la gratuité des transports peut permettre un transfert important vers les transports collectifs. Les recettes passagers ne représentent qu’environ 16% du budget de la STRAN. La gratuité peut être utile pour l’écologie comme pour la justice sociale !

Tout mobiliser pour la réussite de chaque enfant

Peut-on admettre qu’un enfant de notre ville n’ait pas les mêmes chances qu’un enfant de la Baule ? Brevet, bac, échec scolaire… Les résultats de Saint-Nazaire sont préoccupants : moins d’un jeune sur deux de l’agglomération atteint le niveau bac, contre 78% au niveau national. Les effectifs ont augmenté de 6,5% dans les écoles en 7 ans.  La petite enfance est déterminante et le nombre de places en crèche dans notre ville doit augmenter. Le harcèlement et les violences scolaires doivent être combattus et la lutte contre le décrochage scolaire renforcée. Il faudra aussi soutenir la mobilité étudiante qui coûte cher aux familles et développer ici l’offre d’études supérieures.

Des milliers d’arbres en plus

Le réchauffement climatique va faire profondément évoluer le climat de Saint-Nazaire vers des températures proches de l’Europe du Sud. Nous ne sommes pas prêts. Les arbres sont une arme importante dont nous disposons face au changement climatique: il faut les planter maintenant pour qu’ils soient grands dans 20 ans. Nous pouvons développer une présence beaucoup plus massive des arbres pour créer des poumons verts (parcs, rues, jardins, parkings…), poursuivre l’aménagement du front de mer et d’aires de jeux vertes de proximité. Et pourquoi ne pas réaliser un parc de l’Estuaire au petit Maroc?

Une ville vraiment participative, transparente et bienveillante

La part faite à la participation des habitants est trop marginale et les associations ne sont pas suffisamment écoutées. Pourquoi ne pas faire évoluer les instances de participation, en donnant plus de pouvoir aux citoyens, avec des budgets participatifs ? Nous pourrions renforcer le dialogue avec les associations et simplifier les démarches. Enfin, le dialogue social à la mairie doit aller plus loin, pour construire un service public de qualité plus attentif au bien-être des agents. La lutte contre les violences faites aux femmes devra être une priorité réelle.

Beaucoup d’autres sujets seront à aborder. Le développement économique et l’emploi, les services publics, l’hôpital, la ville pour toutes et tous, l’insécurité, le logement… Ce n’est qu’un début !

Que pensez-vous de ces objectifs ?
Vous avez d’autres idées pour notre ville ?
Participez !

Téléchargez l’appel


Faites passer le message !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •